Vous êtes ici

Mortalité routière et franchissement

Les infrastructures de transport, un des facteurs de mortalité

Les infrastructures de transport causent trois grands problèmes pour les chauves-souris :

  • La rupture des axes de vols : les infrastructures linéaires constituent des barrières qui entraînent la fragmentation des populations.
  • La perte de terrains de chasse et de gîtes liée à la destruction directe de la végétation et des ressources alimentaires associées (insectes) à l’endroit de l’infrastructure ou à l’abandon de certains terrains de chasse devenus inaccessibles.
  • La destruction directe des chauves-souris par collision avec les véhicules.

Bien que difficile à estimer, la destruction directe par collision avec un véhicule apparait comme l'effet le plus visible. En effet, les chauves-souris se déplacent le long des structures du paysage (haies, alignement d'arbres, lisières, etc.) et pour certaines espèces au ras du sol. L'intersection entre ces structures paysagères et une route constitue de véritables points noirs de collisions pour ces animaux.

Illustration : Cyril Girard (www.cyrilgirard.fr)Illustration : Cyril GIRARD

 

Suivi de la mortalité routière

Le site Natura 2000 de la Carrière de l'Enfer est bordé de deux routes dont le trafic journalier est intense (en moyenne, plus de 7000 véhicules jour). Ces deux axes coupent les corridors de déplacement des chauves-souris vers leurs sites de chasse. L’impact routier peut donc être particulièrement important sur la mortalité de ces espèces.

La Ligue pour la Protection des Oiseaux a donc mené en 2015 une étude afin d'identifier plus clairement les corridors de déplacement et les risques associés à la traversée des infrastructures routières.

Il ressort de cette étude que le franchissement apparait comme non sécurisé en raison de la rupture de la végétation haute sur la largeur de la chaussée.

Trajectoires observées lors du retour au gîte (LPO, 2015)© LPO


Réflexions sur la création d'un franchissement routier sécurisé

Il existe différents dispositifs expérimentaux d'aide au franchissement des routes. En voici quelques exemples à titre indicatif :

  • plantation et développement d'arbres de haut-jet afin d'inciter les animaux à prendre de la hauteur
  • mise en place de revêtements routiers particuliers qui agiront comme un avertisseur sonore pour informer les chauves-souris

Une réflexion sera menée avec le Conseil Départemental afin de proposer des aménagements concrets pour le franchissement de la D728.